InterAffairs

Mer05272020

Last update09:48:30 AM

RUS ENG FR DE PL ESP PT ZH AR

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel
jeudi, 10 mars 2016 17:37

Réponses du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la chaîne REN TV, Moscou, 10 mars 2016

Rate this item
(0 votes)

 

Question: Plusieurs établissements diplomatiques russes en Ukraine ont été attaqués ces derniers jours: l'Ambassade de Russie à Kiev et les consulats généraux du pays à Lvov et à Odessa. Que se passe-t-il actuellement avec le personnel de nos représentations? Leur vie et leur santé sont-elles menacées? Comment vivent-ils concrètement ces conditions de siège?

Sergueï Lavrov: Nous contrôlons régulièrement cette situation et sommes en contact avec l'Ambassadeur de Russie en Ukraine et le personnel de nos représentations diplomatiques. Ils se tiennent bien, correctement, dignement, comme des individus qui ressentent que derrière eux leur Patrie et leur pays ne les laisseront pas tomber. Les actes des vandales qui ont attaqué l'Ambassade de Russie et nos consulats généraux, y compris en pénétrant sur leur territoire pour arracher les drapeaux russes (cela a été fait, d'après moi, par le député ukrainien Parassiouk) sont révoltants. Nous n'avons eu vent d'aucune réaction de ce qu'on appelle la "communauté internationale".

Quand des citoyens iraniens avaient pénétré sur le territoire du consulat général de l'Arabie saoudite, cela avait fait beaucoup de bruit. Nous avons adhéré au processus qui visait à protéger inconditionnellement les représentations diplomatiques comme l'exigent toutes les conventions signées par tous les pays du monde. Dans le cas présent, nous ne constatons aucune réaction de la part de nos collègues occidentaux. Ils sont davantage préoccupés actuellement par les exigences d'en finir avec le procès de Nadejda Savtchenko et de la libérer – c'est un sujet à part. Mais l'hypocrisie et la duplicité sont flagrantes.

Notre personnel a toutes les clés en main pour prévenir les actes illégitimes, possède des moyens de défense, mais le principal élément est évidemment la prévention d'une telle activité de la part des "superviseurs" des autorités ukrainiennes, qui ont une influence décisive sur le gouvernement actuel de Kiev. Nous en parlerons aujourd'hui une nouvelle fois avec le Secrétaire d’État américain John Kerry. Nous avons également envoyé les signaux appropriés dans les capitales européennes.

Question: Est-ce que les diplomates ont tout le nécessaire? Ne risquent-ils pas d'avoir des problèmes d'approvisionnement en eau et en nourriture? Si je comprends bien, ils ne peuvent pas sortir dans la rue, c'est assez dangereux.

Sergueï Lavrov: Il y a des possibilités d'approvisionnement et des réserves. Nous avons restreint significativement les sorties en ville, notamment sans forte nécessité de service. Je pense que nous ne devons pas nous inquiéter pour la situation de nos diplomates et des membres de leur famille. Nous les soutenons activement et empêcherons tout acte illégitime à leur égard.

Question: Fera-t-on payer à l'Ukraine des réparations pour le bâtiment endommagé et tout ce qui se passe actuellement?

Sergueï Lavrov: Évidemment, nous exigerons des dédommagements.

Question: Vous venez de mentionner l'affaire Savtchenko. Pouvez-vous confirmer avoir parlé au Ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine et évoqué cette question avec lui?

Sergueï Lavrov: Nous nous sommes parlés plus d'une fois. Le Ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine m'a téléphoné il y a quelques jours pour demander d'autoriser une nouvelle visite de médecins ukrainiens à la détenue. Je rappelle que par le passé, une telle visite a déjà eu lieu, que des médecins ukrainiens ont examiné Nadejda Savtchenko et qu'ils étaient accompagnés par sa sœur. Aujourd'hui, alors que s'est répandue la nouvelle d'une nouvelle grève de la faim par Nadejda Savtchenko, Pavel Klimkine a demandé de faire encore une exception et d'assurer un contact avec des médecins, même s'il a souligné qu'il comprenait que cela n'était pas vraiment admis par les procédures russes et dans l'ensemble dans la "pratique pénitentiaire internationale". Nous avons étudié cette demande et avons envoyé une requête au tribunal qui examine cette affaire, car elle est actuellement à disposition du tribunal. Après la session du 9 mars, le juge s'est dit prêt à autoriser un tel contact avec les médecins. Mais comme pendant la séance Nadejda Savtchenko n'a eu de cesse que d'outrager le tribunal (beaucoup ont pu la voir à la télévision, nos chaînes ont placé des "bips" pour censurer le langage injurieux mais Euronews a décidé de ne pas le faire), le tribunal a jugé qu'il n'accorderait pas de faveurs à Nadejda Savtchenko. Je le répète, cette dernière a insulté ouvertement la cour. Le Ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine a téléphoné hier et exprimé ses regrets à ce sujet (d'ailleurs, il appelait de Turquie où le Président ukrainien Petro Porochenko est en visite). Pavel Klimkine ne présentait pas ses excuses pour le comportement de Nadejda Savtchenko mais il était parfaitement conscient que l'accusée était elle-même responsable de la tournure des événements en sa défaveur, si elle avait vraiment besoin d'un médecin. Selon nos informations (nos médecins la visitent régulièrement, et je suis en contact avec la direction du Service fédéral d'application des peines), rien n'indique que Nadejda Savtchenko souffre d'une maladie incurable. Dans l'ensemble, elle se sent bien et fait du sport. J'ai expliqué à Pavel Klimkine que par humanité nous avions fait tout ce que la partie ukrainienne avaient demandé, que nous avions fait exception au règlement appliqué dans de telles circonstances. Mais le comportement abject et insolent de Nadejda Savtchenko a rendu impossible la visite des médecins dont nous avions déjà convenu.

à suivre...

 

mid.ru

 

Read 1318 times