InterAffairs

Sam12162017

Last update09:48:30 AM

RUS ENG FR DE PL ESP PT ZH AR

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel
LA COLONNE DE RÉDACTEUR EN CHEF
Romano Prodi

Romano Prodi

président du Conseil des ministres d’Italie (1996-1998; 2006-2008), président de la Commission européenne (1999-2004)

samedi, 03 mars 2012 00:00

L’Europe a besoin de la Russie

Armen Oganessian, rédacteur en chef de  la revue La Vie Internationale :  Monsieur Prodi, vous avez dit il y  quelque temps que l’Europe devenait plus forte  pendant les crises à condition d’extension de la  solidarité européenne et de renforcement de  l’infrastructure. À votre avis, dans quelle  situation est aujourd’hui l’Europe ?  

Romano Prodi : Nous avons traversé beaucoup  de crises et la crise a toujours contribué à  renforcer l’Europe. Le progrès est enregistré dans  la politique en ces périodes. Dans l’après de  Gaulle : la France poursuit les pourparlers  intenses au sein de l’Union européenne sur son  élargissement. La situation s’accentue en d’autres  périodes également : par exemple, les opinions  des États européens divergent concernant la  guerre en Irak. On est fondé d’afrmer que  l’Europe se désintègre en ce moment en deux  camps. Il y a eu beaucoup de moments pareils.  Nous nous arrêtons chaque fois avant d’avancer. Cette fois, j’espère bien, il en sera ainsi. Nous réussirons même si la crise que nous traversons actuellement est prolongée et prescrit de multiples solutions techniques et politiques qu’il est difficile  d’adopter. Comme un politicien expérimenté de la vieille école, je sais qu’il  faut étudier plus profondément les intérêts réels de chaque pays. Je pense  que personne n’est intéressé à la désintégration de l’Europe bien qu’il existe  des attitudes différentes dans la politique extérieure, surtout envers la  situation au Proche-Orient.