InterAffairs

Ven04282017

Last update09:48:30 AM

RUS ENG FR DE PL ESP PT ZH AR

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel
jeudi, 30 mars 2017 17:12

Ambassadeur de la République centrafricaine en Fédération de Russie Claude Bezo: "Il est nécessaire d'intensifier les relations entre la République Centrafricaine et la Fédération de Russie"

Written by 

    

Ces dernières années, de plus en plus, il a commencé à sonder l'opinion sur la nécessité de regagner le terrain perdu à Moscou sur le continent africain. La Russie et l'Afrique, en dépit de la distance géographique, est associée décennie de liens politiques, économiques et culturels forts. En outre, en Afrique de développer activement des projets d'intégration qui aident à augmenter le poids du continent dans le monde et les rendre plus attrayants pour la Russie. République centrafricaine (RCA) en 2012, en situation de conflit interne pour des motifs religieux, qui est accompagné par des victimes civiles, et qui a également provoqué l'apparition d'un grand nombre de réfugiés. Néanmoins, un certain nombre de mesures prises par les nationaux et internationaux, permettra au pays d'atteindre une stabilisation substantielle de la situation. Nous avons demandé à l'Ambassadeur de la République centrafricaine à Moscou, M. Claude Bezo parler de la situation actuelle en République, ainsi que les relations bilatérales avec la Russie.

«La Vie internationale»: Monsieur l'Ambassadeur, en Mars 2016, le nouveau président de la République Centrafricaine Faustin-Archange Touadéra a pris ses fonctions. Cet événement a marqué la fin de la période dite de transition en RCA. Cependant, à la fin l'année des affrontements  entre les factions en guerre a repris. Dans les medias, les informations fréquentes attestent que les communautés musulmanes et chrétiennes du pays participent à ce conflit. Quelles sont, à votre avis, les raisons du conflit qui a surgi de nouveau en 2013?

Claude Bezo: Les raisons qui ont provoqué le conflit sont, par exemple, la mauvaise répartition des ressources du pays, la gestion clanique du pouvoir ensuite il n'y a aucun plan de développement de la région nord-est de notre pays où la population est en majorité musulmane et, les chrétiens sont au pouvoir depuis l'indépendance de notre pays jusqu'en 2013. Tout cela a provoqué le mécontentement de la population et créé les circonstances qui ont amené cette situation.

«La Vie internationale»: Le Président F.A. Touadéra a fixé un objectif - d'arrêter l'effusion de sang entre musulmans et chrétiens. Quelles sont les mesures concrètes prises par le gouvernement pour améliorer la situation? Pouvez-vous parler des progrès en ce moment?

Claude Bezo: On peut parler de progrès, parce que le gouvernement a mis en place un plan de travail: préparer les cadres des Forces Armées pour une Armée future républicaine et pluriethnique qui peut défendre tous les citoyens. Ensuite il y a le problème que les musulmans ont toujours posé : la légalisation de leurs fêtes religieuses, cela été fait. Il y a également le problème de la poursuite des auteurs de la rébellion. Une solution a été trouvée – on a mis en place le tribunal pénal spécial pour la RCA. Ceci pour lutter contre les assaillants, les rebelles qui ont fait beaucoup des victimes dans notre pays. Il y a un programme qui a été repris : le "DDRR" - démobilisation, désarmement, réadaptation sociale et rapatriement. Toutes ces mesures font que petit à petit la situation se normalise.

«La Vie internationale»: Comment pensez-vous, peut-on maintenir un équilibre entre les intérêts des chrétiens et des musulmans?

Claude Bezo: Pour maintenir la balance il faut respecter le droit des minorités nationales, par exemple les droits des musulmans à leur fêtes religieuses et ensuite il faudra que le gouvernement mène une politique de juste répartition des postes politiques et je pense que cela peut aboutir à rétablir l'équilibre.

«La Vie internationale»: Comme vous le savez, le Conseil de sécurité de l'ONU et l'Union Africaine ont aidé votre pays à surmonter la crise. Quelles sont les mesures prises à cette fin?

Claude Bezo: Ces organisations internationales ont pris des mesures dans les domaines juridiques, militaires et financiers. Dans le domaine juridique, le Conseil de sécurité pris la résolution 2127 concernant l’embargo ou l’interdiction d'entrée des armes sur le territoire centrafricain et en même temps des mesures de poursuite à l’encontre de ceux qui soutiennent les groupes rebelles. Le Conseil a adopté la résolution 2149 pour la création du tribunal pénal spécial. Dans le domaine militaire le Conseil a décidé de l’envoi en Centrafrique des troupes françaises, des troupes des Nations unies, des troupes de l'Union Européenne et des troupes de l'Union africaine pour mettre fin à ce conflit.

«La Vie internationale»: Comment la population de la République a-t-elle accueilli la mission de maintien de la paix des Nations Unies?

Claude Bezo: La population a bien accueilli la mission, parce qu’elle est venue la protéger contre les agresseurs.

«La Vie internationale»: Monsieur l'Ambassadeur, en Octobre l'année dernière, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a déclaré la fin de l'opération militaire "Sangaris", qui a duré deux ans et demi. Comment évaluez-vous les résultats? Quels sont les risques après le retrait de la mission française de maintien de la paix?

Claude Bezo: On apprécie la juste valeur de la mission, parce que L'opération Sangaris a préparé le terrain pour la descente des autres forces internationales. Alors, ils ont travaillé ensemble pendant deux ans et demi, je crois que le retrait de la force Sangaris ne va pas beaucoup influencer parce que les autres forces connaissent le terrain et continuer à travailler jusqu'au rétablissement de la nouvelle Armée Centrafricaine.

«La Vie internationale»: En ce qui concerne nos relations bilatérales, selon de votre point de vue, leur activation est-elle possible entre la République centrafricaine et la Fédération de Russie - à la fois dans les sphères économiques et politiques? Quelles sont les mesures qui pourraient être prises à cette fin?

Claude Bezo: Il est nécessaire et urgent d'intensifier les relations entre la République Centrafricaine et la Fédération de Russie dans les domaines économique, politique, culturel et autres. Dans ce but, on doit mener des pourparlers, échanger les points de vue, ensuite examiner les problèmes de l’heure et avoir un point de vue commun relatif à la lutte contre le terrorisme, le désarmement et le maintien de la paix. Il est important d’élaborer de nouveaux textes et de signer de nouveaux accords sur les questions touchant les intérêts des deux pays.

«La Vie internationale»: Maintenant le programme à voir a trait à la formation et à l'emploi des étudiants étrangers organisé par l’Université russe de l’amitié des peuples (URAP) qui gagne en popularité. Y’ a-t-il un intérêt pour l’enseignement russe en RCA?

Claude Bezo: Je crois que la République Centrafricaine apprécie à sa juste valeur la formation des cadres en Russie parce que bien avant beaucoup de cadres centrafricains ont été formés en Union Soviétique et aujourd'hui la Russie reste encore une grande puissance dans le domaine d'éducation. Notre Etat a tout intérêt à envoyer beaucoup d'étudiants faire leurs études en Fédération de Russie.

«La Vie internationale»: Monsieur l'Ambassadeur, quels sont les principaux objectifs et les tâches de la politique étrangère de la République centrafricaine au stade actuel?

Claude Bezo: Comme objectif un – le principe du respect des accords signés par le gouvernement dans les domaines internationaux avec les autres Etats. Ensuite, la lutte contre le terrorisme international et le respect des droits de l’homme. Il est très important d’assurer la paix sur tout le territoire de la RCA. L'Etat doit revoir les structures sanitaires de la population. Il faut restaurer également l'économie nationale et résoudre le problème de chômage des jeunes.

«La Vie internationale»: Je vous remercie, Monsieur l'Ambassadeur, pour cette entrevue intéressante!

Read 56 times Last modified on jeudi, 30 mars 2017 17:15