InterAffairs

Dim10222017

Last update09:48:30 AM

RUS ENG FR DE PL ESP PT ZH AR

Font Size

SCREEN

Profile

Layout

Menu Style

Cpanel
mercredi, 22 février 2017 12:50

Le calice amer de la présidentielle. Ivan Blot nous raconte.

Written by 

    

La France se tient devant un choix politique qu'elle n'avait pas connu à partir de l'époque de Daladier.
D'une part, les Américains pratiquent son invasion en douceur installant leurs blindés à tous les carrefours des pays européens (au sens littéraire du terme, cela s'entend).
D'autre part, les candidats à la présidence ne sont pas chauds pour discuter des vraies questions de l'actualité, à savoir 8 millions d'immigrés vivant dans le pays (statistiques de Jean-Paul Gourévitch, "Les véritables enjeux des migrations");
la vague de violences qui, telle une lame defond, balaie le paysage de l'UE avec les insurgés d'origine proche-orientale et africaine affrontant les forces de l'ordre et, enfin, un chômage rampant
et le manque des perspectives financières pour développer le pays.
 
Une seule consent à en parler. Elle s'appelle Marine Le Pen.
Le programme de François Fillon est, académiquement parlant, parfait. Seulement le contexte dans lequel vit (ou plus exactement, survit) la France est celui de la guerre.
François Fillon, lui, raisonne en politique modéré de l'école gaullienne et cherche à éviter les extrêmes grand bien lui fasse.
 
Nous ne sommes pas à même de parler du programme Macron puisque le candidat lui-même a reconnu que ce n'était pas de loin son point fort.
 
Visiblement le pays "France" est dans la tourmente et la coque craque. Il faudrait peut-être mê se souvenir de la chanson de Michel Sardou "Ne m'appelez plus jamais France"!
 
Ivan Blot essaie de comprendre où les courants portent le navire et ne finirait-il pas échoué sur des récifs.
Reste à savoir quelle est la marge d'initiative et est-on encore en mesure de faire quoi que ce soit?
Read 208 times Last modified on mercredi, 22 février 2017 16:31

Media